Dark Mode Off / On

Lorsque l’on veut apprendre l’accordéon, on est tout de suite confronté à un choix : l’accordéon chromatique ou l’accordéon diatonique.

Le problème, c’est que vous ne savez pas vraiment ce qui les différencie. C’est vrai qu’à première vue, peu de choses les distinguent, si ce n’est leur nombre de touches et leur taille.

Pourtant, malgré leurs similitudes apparentes et leur appartenance à la même famille, l’accordéon chromatique et l’accordéon diatonique sont deux instruments bien distincts autant dans leur utilisation que dans les possibilités musicales qu’ils offrent.

Il est donc important de prendre le temps d’étudier la question avant de faire l’acquisition d’un accordéon.

Dans cet article, je vous explique tout pour vous aider à faire le bon choix.

Caractéristiques et principe de fonctionnement d’un accordéon

Un accordéon est muni de 2 claviers et d’un soufflet.

Le clavier droit, appelé « clavier chant » (ou « clavier main droite »), est généralement utilisé pour jouer une mélodie.

Le clavier gauche, appelé « clavier d’accompagnement » (ou « clavier main gauche »), est généralement utilisé pour « accompagner » la mélodie jouée sur le clavier chant.

Le soufflet permet, lui, de faire circuler un courant d’air entre l’intérieur et l’extérieur de l’instrument. L’accordéon a besoin de cet apport d’air pour fonctionner ; c’est pourquoi il fait partie de la famille des instruments à vent.

Pour produire un son, il faut à la fois enfoncer une touche de clavier et mettre le soufflet en mouvement.

Chaque touche est reliée à une soupape qui bloque ou libère la circulation de l’air amené par le soufflet. Lorsque l’on enfonce une touche, la soupape correspondante se lève et, sous l’action du soufflet, laisse passer l’air qui se dirige alors vers une ou plusieurs lames en métal, les anches, et les fait vibrer, ce qui produit un son.

© Illustration François Bouêt

Différences majeures entre un accordéon chromatique et un accordéon diatonique

Une différence mécanique

Derrière chaque soupape il y a deux anches. L’une vibre lorsque l’air entre dans l’instrument, à l’ouverture du soufflet, et l’autre lorsqu’il en sort, à la fermeture du soufflet. Sur un accordéon chromatique, ces deux anches sont identiques ; chaque touche produit donc le même son quelque soit le sens du soufflet. En revanche, sur un accordéon diatonique, ces deux anches sont différentes ; chaque touche produit donc un son différent selon que l’on ouvre ou que l’on ferme le soufflet.

Les possibilités mélodiques et harmoniques

L’accordéon diatonique ne possède pas toutes les notes. Structuré autour de deux gammes diatoniques, il ne comprend que 8 notes sur le clavier droit et ne peut jouer que quelques basses et accords sur le clavier gauche.

L’accordéon chromatique, quant à lui, possède toutes les notes sur les deux claviers (les 12 notes de la gamme chromatique comprenant les notes naturelles, les dièses et les bémols), et il peut jouer tous les accords.

La taille et le poids de l’instrument

De par son système bi-sonore (deux notes par touche) et son nombre de notes, l’accordéon diatonique est, en règle générale, plus petit et plus léger que l’accordéon chromatique. il existe néanmoins plusieurs modèles d’accordéon chromatique de tailles et de poids différents, dont des accordéons adaptés aux enfants.

Chromatique ou diatonique : lequel choisir ?

Méfiez-vous de vos premières impressions !

Au moment de choisir son accordéon, un novice est parfois inquiet quant à la complexité de jeu de l’instrument et son poids. Si c’est votre cas, alors vous serez instinctivement tenté de vous diriger vers un accordéon diatonique. En effet, vous vous direz sans doute qu’il sera moins compliqué d’en jouer parce qu’il possède moins de touches et qu’il sera plus facile à manipuler de par sa taille et son poids. Dans le doute, vous vous direz aussi peut-être que vous pouvez toujours commencer à apprendre sur un diatonique et que quand vous serez à l’aise, vous poursuivrez sur un chromatique. Vous pensez que votre expérience sur un diatonique rendra certainement plus facile son apprentissage ! Pas vraiment. Je vous explique pourquoi dans ce qui suit.

Deux instruments bien différents

Malgré leurs similitudes (un soufflet et deux claviers), l’accordéon diatonique et l’accordéon chromatique ne se jouent pas de la même façon. En effet, de par son système, bi-sonore (une note différente selon le sens du soufflet) ou uni-sonore (une note identique quelque soit le sens du soufflet), la disposition des notes et l’utilisation du soufflet seront bien différents selon l’instrument.

Vous vous poser alors peut-être les questions suivantes :

Peut-on passer de l’un à l’autre aisément ? Et bien, non. Leur mode de jeu étant très différent, ce n’est pas parce que l’on sait jouer de l’un, qu’il sera plus facile de poursuivre avec l’autre. Bien au contraire ! Faisons la comparaison avec l’apprentissage de deux langues de la même famille : Ce n’est pas parce que vous commencerez à apprendre le bulgare qu’il sera plus facile d’apprendre le polonais ensuite. Pourtant, ces deux langues font partie de la même famille des langues slaves !

Y en a-t-il un plus difficile à apprendre que l’autre ? Non. Chacun comporte ses difficultés propres et on ne peut pas dire que l’un soit plus facile que l’autre.

Le poids de l’accordéon : un faux problème

La question du poids de l’instrument revient très souvent. S’il est trop lourd, vous craignez d’avoir des difficultés à le manipuler et même de vous faire mal. C’est pourtant un faux problème. Pourquoi ? Parce que l’accordéon se joue assis. Si vous avez en tête l’image de l’accordéoniste jouant debout lors d’un concert, sachez que c’est juste une question de mise en scène, rien de plus. Il n’y a là-dedans aucun intérêt musical. Par contre, jouer debout entraîne plus de fatigue et un jeu souvent moins précis et ce, quelque soit l’instrument, qu’il soit diatonique ou chromatique. C’est pourquoi l’accordéon s’apprend assis. Vous n’avez pas à le porter. Seules vos cuisses supportent son poids et non le dos, contrairement au jeu debout, via les bretelles. Assis, les bretelles n’ont pour rôle que de maintenir l’accordéon contre soi et dans sa position d’équilibre. Alors, dans cette position, si des douleurs apparaissaient, elles ne seraient pas liées au poids de l’instrument, mais à une mauvaise tenue de celui-ci, une mauvaise posture de jeu, ou encore à des crispations répétées. Malgré tout, la taille et le poids de l’instrument doivent être adaptés au gabarit de l’accordéoniste. Qu’il soit diatonique ou chromatique, il existe plusieurs modèles d’accordéon de tailles et de poids différents.

Une question de répertoire

Au final, ce qui doit surtout guider votre choix c’est le répertoire que vous souhaitez jouer.

En effet, les possibilités mélodiques et harmoniques de l’accordéon diatonique le destine surtout à une partie du répertoire des musiques et danses traditionnelles. Certains morceaux et autres types de répertoire seront plus difficilement accessibles car il vous manquera certaines notes et certains accords nécessaires pour les jouer.

L’accordéon chromatique, quant à lui, couvre un répertoire beaucoup plus large car il possède toutes les notes de la gamme chromatique (notes naturelles, dièses et bémols) et a la possibilité de jouer tous les accords dont l’accordéoniste a besoin. C’est pourquoi il est utilisé, autant pour jouer le répertoire des musiques et danses traditionnelles du monde, que des musiques actuelles, du jazz, ou bien encore de la « musique classique ».

À noter, qu’il existe un autre accordéon dit « diatonique » qui possède également toutes les notes sur son clavier droit et davantage de basses et d’accords sur son clavier gauche. Cet instrument, que l’on peut davantage définir comme un accordéon chromatique bi-sonore offre ainsi plus de possibilités mélodiques et harmoniques qu’un « vrai » diatonique, mais il sera aussi plus complexe à utiliser qu’un accordéon chromatique « classique » dans l’interprétation de certains morceaux.

Alors ? Chromatique ou diatonique ?

2 Comments

Laisser un commentaire